Deontology

Code of ethics  Code éthique
 The production and diffusion of scientific data, ever more complex, determines the journals to elaborate codes of ethics meant to manage these processes. Cultures de la communication / Cultures of communication feels honour bound to follow this example. 

The main ethical commandments concern the authors of scientific papers, the editors of publications that spread these articles and the peer reviewers who evaluate them. This is why the present code of ethics refers to these categories of people engaged in the production and the diffusion of scientific information. Cultures de la communication / Cultures of communication will constantly work to adapt the code to whatever new aspects appearing in the editorial practice.

  

 

 

Authors

–     Authors are invited to submit original works to the journal (they must not submit the same article, simultaneously, to Cultures de la communication / Cultures of communication and to other journals).

–     Authors must indicate explicitly their own contributions and delimitate them from the others’, especially if the latter pertain to quoted and commented authors. The presented data and references must give the reviewers the possibility to take the road of the research again, if they consider that it is necessary for their evaluation.

–     As authors and reviewers do not know each other, authors are recommended not to use ways of quoting affecting the blind character of the evaluation.

–     The journal rejects the articles whose authors a) appropriate (fragments of) other authors’ articles (plagiarism) and b) recycle without mention fragments of their own articles or re-write in different ways own articles already published (self-plagiarism). It is obvious that facts under b) can help reviewers identify the author of an article.

–     Authors are invited to show promptness in the manuscript revision. They can inquire about the editorial operations concerning the submitted paper – editors will inform them on the evaluation stage, in order to avoid pressures of possible revisions on the publication.

–     Cultures de la communication / Cultures of communication considers that not only researchers and teachers working with universities have “scientific voice”. Accordingly, the journal is ready to accept contributions of authors who, if they do not work with academic institutions, have acquired a recognition of their theoretical competence and write articles whose importance is confirmed by reviewers. The journal intends to publish valuable contributions of young authors attending Mastership and doctoral programs.

 

 

 

 


Reviewers

–     Each article is read by two reviewers; a reviewer knows neither the author’s identity, nor the other reviewer’s. Until the publication of an article, reviewers should restrain from delivering information about the manuscript, its reading and evaluation (they should discuss the manuscript only with the editor).

–     The texts which are not submitted to double-blind review process (editorials, letters, etc.) will be identified as such.

–     Members of the scientific board can be reviewers. Editors will continuously watch to increase the number of reviewers; an author whose article gathers the reviewers’ high appreciations can become a reviewer himself / herself.

–     Reviews should be thorough and unbiased. A superficial and unconstructive review can be rejected by editors; they will request another one, and, if the reviewer maintains his / her attitude, will cease collaboration (collective decision of editors and scientific board). A reviewer’s shallowness entails the sending of the article to another reviewer.

–     Reviewers can refuse to read a manuscript if they feel inadequately qualified for the theoretical field of the research.

–     Reviewers must avoid writing anything that could identify them to authors. The evaluations should contain arguments and illustrations, in order to help authors understand its substance.

–     Reviewers have an important role in identifying cases of academic misconduct (plagiarism, data fabrication, falsification, manipulation of images, etc.)

–     Reviewers must send editors their evaluations in the agreed delays. 

 

 

 

 

 

Editors

–     Editors preserve the confidentiality of review and editorial processes and protect the partners’ anonymity in the authors – reviewers relationship.

–     Editors select the authors who can become reviewers (for example, by reading other articles of them than those published in the journal).

–     Editors must not disclose information and make commentaries about the articles submitted by authors and sent to reviewers.

–     When editors wish to publish in the journal, they will be treated as any other author.

–    Editors can reject articles without advice from reviewers.

–     Editors reserve the right to judge the issues of plagiarism and self-plagiarism on a case-by-case basis.

–     Editorial independence is a fundamental principle. The journal can accept advertising, for products in categories which do not nourish ideas of incompatibility with its academic content, and with no announcers’ interference in the editorial activity.

 

 

 


Conflicts of interest

Conflicts of interest (administrative, financial, political, personal, institutional, etc.) can appear between authors, reviewers and editors. For example, an editor could have been member of an author’s committee for professional advancement (and vice versa); a reviewer submitted an article on a theme close to that of an author’s article; an author and an editor are co-authors of a scientific paper, etc. Authors must inform editors on the financial support having helped them to make their research and having possible interferences with editors’ institutional activities, etc. The editorial staff must adopt adequate measures (address other reviewers for evaluation, choose another editor to take care of a submitted article, etc.) in order to avoid trouble and dishonest situations.

 La complexité de la production et de la diffusion des informations scientifiques, toujours plus grande, est la raison pour laquelle les publications académiques élaborent des codes éthiques censées gérer ces processus. Cultures de la communication / Cultures of communication estime que c’est son devoir d’honneur de suivre cet exemple. 

Les principaux commandements éthiques concernent les auteurs d’articles scientifiques, les éditeurs des publications qui diffusent ces articles et les membres des comités de lecture qui évaluent les articles en question. C’est pourquoi le présent code éthique porte sur ces trois catégories de personnes engagées dans la production et la diffusion d’informations scientifiques. Cultures de la communication / Cultures of communication veillera constamment à adapter le code éthique aux aspects nouveaux qui apparaissent dans la pratique éditoriale.

 

Auteurs

–    Les auteurs sont invités à envoyer des articles originaux (les auteurs ne peuvent pas envoyer simultanément le même article à Cultures de la communication / Cultures of communication et à d’autres revues).

–    Les auteurs doivent délimiter de manière explicite leurs contributions des autres contributions dans le domaine, surtout appurtenant aux auteurs cités et commentés. Les informations et les références présentées doivent permettre aux membres du comité de lecture de refaire le chemin de la recherche, s’ils estiment que cela est nécessaire en vue de l’évaluation.

–    Vu que les auteurs et les membres du comité de lecture ne doivent pas avoir connaissance les uns des autres, on recommande aux auteurs de ne pas utiliser des manières de citer qui affectent le caractère « aveugle » des lectures d’évaluation.

–    La revue rejette les articles a) dont les auteurs s’approprient des fragments d’articles d’autres auteurs (plagiat) et b) où les auteurs réutilisent sans mention des fragments d’autres articles leur appartenant ou reprennent, sous autres formes, des articles publiés sur un thème ou autre (auto-plagiat). Il convient d’observer que le point b) permet aux relecteurs de reconnaître les auteurs des articles.

–    Les auteurs sont invités à faire preuve de promptitude dans la révision du manuscrit. Ils peuvent s’informer sur les opérations éditoriales que connaît l’article proposé – les éditeurs les informeront sur les étapes du processus d’évaluation, afin que les éventuelles révisions ne créent des pressions sur la date de parution.

–    Cultures de la communication / Cultures of communication considère que pas seulement les chercheurs et les formateurs des universités ont de la «voix scientifique». Aussi la revue est-elle prête à recevoir des contributions de personnes qui, sans travailler dans des institutions académiques, ont acquis une validation de compétences théoriques et produisent des articles dont la valeur est reconnue par les relecteurs. La revue se propose de publier des contributions relevantes des jeunes inscrits dans des programmes de master et de doctorat.

 

Membres du comité de lecture

–    Chaque article sera lu par deux membres du comité de lecture; un relecteur ne connaîtra ni le nom de l’auteur, ni le nom de son pair relecteur. Jusqu’à la parution de l’article qui leur a été confié, les relecteurs ne doivent diffuser des informations ni sur l’article, ni sur le processus de lecture et évaluation (ils ne changeront d’informations qu’avec les éditeurs).

–    Les textes qui ne seront pas soumis à une évaluation à double insu (éditoriaux, letters, etc.) seront annoncés comme tels.

–    Les membres du comité scientifique peuvent être membres du comité de lecture. Les éditeurs veilleront sans cesse à augmenter le nombre des membres du comité de lecture; l’auteur d’un article qui réunit des appréciations maximales des relecteurs est susceptible de devenir membre du comité de lecture.

–    Les relecteurs feront des évaluations complètes, impartiales. Une lecture superficielle et non constructive peut être rejettée par les éditeurs; ils en réclameront une autre et, si le relecteur conserve son attitude, cesseront de collaborer avec lui (décision collective des éditeurs et du comité scientifique). Le manque de sérieux d’un membre du comité de lecture fera les éditeurs diriger l’article vers un autre relecteur.

–    Les membres du comité de lecture peuvent refuser un article s’ils ou elles considèrent ne pas avoir la qualification adéquate dans le champ théorique où est déployée la recherche.

–    L’évaluation doit être rédigée de sorte que l’auteur de l’article, qui va la recevoir, ne puisse identifier son relecteur. L’évaluation sera argumentée et illustrée, afin que l’auteur comprenne sa finalité.

–    Aux membres du comité de lecture incombe un rôle important dans la découverte des cas de mauvaise conduite académique (plagiat, fabrication d’informations, manipulation d’images, falsification de données, etc.).

–    Les membres du comité de lecture vont remettre aux éditeurs les articles reçus aux dates convenues avec ceux-ci.

 

Editeurs

–    Les éditeurs respectent la confidentialité de la lecture et du processus éditorial et protègent l’anonymat des parties dans les rapports auteurs – relecteurs.

–    Les éditeurs établissent quels auteurs peuvent devenir membres du comité de lecture (entre autres, lisant d’autres articles des auteurs que ceux publiés dans la revue).

–    Les éditeurs éviteront de fournir des informations et/ou commentaries sur les articles reçus des auteurs et envoyés aux relecteurs.

–    Lorsque éventuellement les éditeurs souhaitent publier dans la revue, ils seront traités comme n’importe quel autre auteur.

–    Les éditeurs peuvent rejeter des articles sans avoir recours aux membres du comité de lecture.

–    Les éditeurs se réservent le droit d’évaluer les (auto-)plagiats au cas par cas.

–    L’indépendance éditoriale est un principe fondamental. Les éditeurs peuvent accepter de la publicité dans les pages de la revue, à des catégories de produits qui ne nourrissent pas d’idée d’incompatibilité avec le contenu académique de la publication, et sans ingérence aucune des annonceurs dans la politique éditoriale.

 

Conflits d’intérêts

Entre auteurs, membres du comité de lecture et éditeurs peuvent surgir des conflits d’intérêts (d’ordre administratif, financier, politique, personnel, institutionnel, etc.). Par exemple, un éditeur a été membre dans telle commission d’avancement professionnel pour un auteur (et vice-versa); un relecteur a proposé à la revue un article sur un thème proche de celui de l’article envoyé par un auteur; auteur et éditeur sont co-auteurs d’une contribution scientifique, etc. Les auteurs doivent informer les éditeurs sur les supports financiers leur ayant permis de réaliser la recherche et qui pourraient avoir des interférences dans l’activité institutionnelle des éditeurs mêmes, etc. L’équipe éditoriale doit adopter les mesures adéquates (envoyer l’article à d’autres membres du comité de lecture, nommer un autre éditeur qui s’occupe de tel article proposé, etc.), afin que soient évitées des situations troubles et incorrectes.